La liste anti coup de blues d’expat

Chaque été, c’est la même histoire.

Un long séjour dans le sud à profiter de familles et amis proches, à prendre l’apéro au son des cigales, se lever avec un grand soleil et un ciel bleu sans nuage qui dure toute la journée, un emploi du temps de rêve, entre déjeuner en terrasse avec des gens qu’on aime et qu’on ne voit pas souvent et qui nous connaissent par coeur, les siestes illimitées dans le hamac, les séances de yoga dans le jardin (ça c’est la nouveauté de la trentaine), les dîners au coucher du soleil entre amis ou entre cousins, les balades dans ma ville rose préférée, les séances de bronzette d’une piscine à l’autre, les sourires sur tous les visages quand on se retrouve, les petits bébés qui grandissent, les balades dans des spots incroyables de ma région que je redécouvre avec bonheur à chaque fois, etc etc… Bref vous avez compris la suite.

Chaque été c’est la même histoire. 1, 2, 3 semaines de bonheur dans le sud, et les 51, 50, 49 autres semaines de l’année de ma vie londonienne, que j’aime tant au point d’en vanter les louanges sur ce blog depuis 4 ans, est remise en question de fond en comble.

En quelques semaines, je ne rêve plus de carrière, de frissons du quotidien, de maîtriser les subtilisés d’une autre langue, de rencontres incroyables et internationales, d’exostime, et de possibilités infinies, mais d’un appart et d’une vie un peu plus tranquille parmi les miens. A 31 ans, force est de constater que ça devient tentant. Il n’y a pas de mal à vouloir rentrer chez soit, mais cela reste une sacré décision à prendre.

Bref. Je comptais aborder le sujet de façon un peu personnelle, à décortiquer le pourquoi du comment, mais comme souvent, mon petit coup de blues n’a pas osé me tourner autour trop longtemps, alors j’ai décidé de voir les choses en positif, et de dresser une sorte de liste de choses qui m’aident à retrouver la pêche et le goût de mes « petites joies de la vie londonienne » en cas de coup de blues d’expat. Bien plus efficace que ressasser.

Ça devrait marcher pour n’importe quel pays et même si vous vivez en France mais loin de chez vous.

Ma liste anti blues d’expat

Rien de tel que de commencer par une jolie quote.

Life is like riding a Bicycle.

To keep your balance,

you must keep moving.

Albert Einstein.

image

  • Déjà, il n’y a rien de plus normal à se poser 10 000 questions. Vivre en expatriation, c’est être arraché de son pays, et c’est bien normal de ne plus trop savoir où on en est de temps en temps. Oubliez de ce pas les gens qui vous font la réflexion « Ah encore tu me fais le coup ». Si eux ne sont pas attachés à chez eux à ce point où n’y passent pas de belles vacances, c’est leur problème. Et c’est un problème plutôt beau à avoir que d’être attaché à d’où on vient! La torture est suffisamment difficile pour en rajouter.
  • Rêver quelques instants sur instagram en suivant les blogueurs de votre ville d’adoption.
  • Faire du sport
  • Essayez le yoga, où commencer votre journée par une séance de yoga si vous connaissez déjà. Rien de tel.
  • Remettez vous dans le bain en prévoyant plein de sorties la semaine de votre retour. Retrouvez ma liste de bonnes adresses à Londres si vous êtes à cours d’inspiration
  • Dressez la liste de ce que votre vie d’expat vous a apporté et vous apporte
  • Achetez des fleurs colorées. Rien de tel qu’un petit tour au marché aux fleurx de Colombia Road Flower Market pour retrouver le sourire.
  • Lisez des livres inspirants, ou à défaut des jolis blogs qui vous emportent dans leur univers douillet
  • Tous les jours, listez vos kifs et petits moments de bonheur de la journée. Il y en a tout le temps!
  • Prenez rendez-vous chez le coiffeur ou l’esthéticienne
  • Partez faire une jolie balade londonienne, de préférence en mode jolies portes colorées
  • Allez boire un verre au Sky Garden pour un prendre plein la vue et kiffer Londres une bonne fois pour toutes.
  • Aller bruncher chez M1lk ou au breakfast club. Retrouvez mes bonnes adresses pour bruncher à Londres en cliquant sur le lien.
  • Prévoyez un week-end à Brighton, Bath, Cambridge ou Whitstable, mes villes cocooning que j’adore.
  • Et profitez de chaque instant de votre vie d’expat. On oublie un peu trop vite, mais on a une chance folle de vivre ce que l’on vit!

Pour finir, une sélection de quelques photos récentes qui me font re-aimer Londres en quelques instants.

Charlotte-Street-City-Guide-20

image

Regents-Canal-5

Londres-bigben-summer15

Flowers

Earls-court-24

Et vous, quelles sont vos petites habitudes qui vous font zapper les petits coups de blues de la vie d’expat?

Elodie

Elodie, happy "French londonienne" for almost 4 years. I share my London discoveries, expat life thoughts and reflexions on beeing a 30 year old. “Les petites joies de la vie londonienne” means “The little joys of London” so let’s make sure we make the most of this incredible city.

Commentaires (3)

  • Avatar

    XB

    Si on n’était plus expat, la vie en France deviendrait routinière, et la vision des autres sur nous deviendrait banale. Nos proches sont toujours émerveillés par notre quotidien à l’étranger, car on a ce petit quelque chose en plus qui pimente le quotidien en vivant à l’étranger. De temps en temps, c’est vrai qu’on est loin, qu’on ne peut toujours partager un évènement, une fête, mais on se promet de fêter tout en une seule fois lors d’un retour. Nos retours deviennent des marathons à enchainer déjeuners et diners avec chacun, et on se promet toujours de mieux s’organiser la fois suivante, mais nos proches sont toujours ébahis de nous entendre raconter notre expérience. Après trois ans en expat (London et USA), j’ai remarqué que ce sont peut être ceux dont on était le moins proche en France qui prennent des nouvelles/demandent des nouvelles, alors que ceux qu’on pensait proches n’en prennent pas beaucoup et s’offusquent si on arrive pas à sa caler le déjeuner ou le diner avec eux quand cela leur convient au cours de l’unique semaine passé en France dans l’année. That’s life!

    Répondre

  • Avatar

    Carolina - la théorie du bonheur

    Je te comprends, j’en suis passée par là aussi ! Les coups de blues d’expat, je les avais au début, mais après près de 10 ans de vie d’expat, je ne les ressens plus. J’adore passer des vacances en France, mais justement car ce sont des vacances, je ne me verrai pas replonger dans son quotidien.

    Répondre

  • Avatar

    MadeleineMiranda

    Une jolie liste! J’aime bien aussi aller à des meet-ups par exemple, afin de rencontrer de nouvelles personnes :)

    Répondre

Laissez un commentaire