4 ans!

Happy 4th anniversary to you and I London!

29 Août 2012. Une date un peu hasardeuse mais qui aura finalement changé ma vie.

Je me dis que j’aurais du écrire un post pour chaque anniversaire. Car c’est important les anniversaires. Un de ces trucs que j’ai appris en vivant à Londres. Célébrations, traditions, et le besoin d’apprécier chaque moment que je vis pendant cette phase de ma vie qui peut être aussi éphémère que longue.

4 ans d’expat, ce n’est pas si long que ça, surtout à Londres où on est très près de la France. En même temps, j’ai l’impression de vivre ma vie d’expat de façon très complète, avec ses hauts et ses bas, et que chaque année passe avec son lot de surprises, et génère un lien à chaque fois très spécial et toujours différent avec Londres.

Après 1 an, j’étais heureuse d’être ici mais j’avais trouvé cette première année aussi géniale que dure.

Après 2 ans, je commençais à avoir cette sensation d’être chez moi.

Après 3 ans, je n’avais absolument aucune intention de partir.

Après 4 ans, j’ai la sensation d’avoir coché toutes les cases indispensables à mon bonheur. J’ai un peu l’impression que je pourrais partir à tout moment sans aucun regret. Mais en même temps, que le meilleur reste à venir.

Cette 3ième année aura été une sorte de leçon de maturité et une véritable transition à tous les niveaux de ma vie londonienne.

Côté cœur déjà, je me suis séparée pour de bon de mon londonien après 3 ans de bons et loyaux services. J’évite toujours le sujet sur le blog, mais cette fois j’ai besoin de le sortir. Sans le vouloir, j’ai un peu construit ma vie londonienne autour de cette relation, qui est arrivée très vite après mon installation ici. Il m’a fait découvrir Londres avec les yeux d’un londonien, m’a amené dans de nombreuses bonnes adresses à Londres, a fait parti de la plupart de mes premières escapades anglaises autour de Londres, de certains de mes voyages, m’a permis de vivre une sorte de double vie entre chez moi et ses différents apparts, dont de très chouettes périodes à Notting Hill, Clapham ou Marylebone, et m’a donné un esprit de famille, en côtoyant son entourage. Et puis bien sûr, il a forcément joué un grand rôle dans mon apprentissage de l’anglais et m’a permis d’avoir le niveau que j’ai aujourd’hui. Et puis nous avons découvert ensemble les joies des relations multiculturelles. Une belle aventure.

Dans la même lignée, j’ai quitté mon travail dans lequel j’étais depuis 3 ans. Pas simple de quitter une marque si prestigieuse aux yeux des anglais. J’y ai lié des liens très forts avec mes collègues, qui ont eux aussi, sans s’en rendre compte bien sûr, joué un grand rôle à mon intégration dans la vie londonienne. Travailler avec des anglais dans une boîte anglaise, je me rendais bien compte de la chance que j’avais. Une formidable opportunité dans laquelle je commençais à me sentir un peu trop pieds et mains liés justement. Il était temps de changer et faire le fameux gros pas en avant professionnel que j’étais venu chercher.

Et puis mes colocs Néo-zélandais auxquels j’étais si attachée. Tous repartis sur leur île après 3 ans de coloc dans notre petit nid douillet.

J’avais voulu une immersion à 100% anglaise en arrivant, je l’ai eu.

4 ans après donc, c’est finalement une sorte de nouveau départ londonien à tous les niveaux. Mon cercle d’amis n’aura jamais été aussi large (et je sais que je suis entourée de gens particulièrement au top), le blog a pris une autre tournure, j’ai un nouveau job que j’adore, et je ne vais pas vous ressortir le tralala habituel. Ma liste de choses à faire pour être positive semble avoir fait écho à plus d’un d’entre vous et j’en suis vraiment ravie.

J’adore ma ville et je ne cesserais de vanter les bonnes raisons de venir vivre à Londres, mais il y a aussi certains trucs que je n’aime pas trop à Londres, mais je les accepte. Il y a forcément une raison pour laquelle nous sommes si nombreux à venir dans cette galère et à y aimer chaque minute de nos vies!

Je démarre donc cette 4 ième année, qui sonne aussi le début de mes 31 ans, (ce n’est pas vraiment un hasard si je suis venue ici après avoir pris une année..) de façon un peu plus posée et sage, l’excitation des débuts en moins, mais pleine de gratitude pour toutes les expériences vécues jusqu’à présent, avec cette adrénaline qui monte quand on se remet d’une mauvaise passe et qu’on est en train d’en rebondir, mais que le meilleur reste encore à venir. Vous voyez?

Hier je suis tombée sur ce néon rose dans une super adresse pour bruncher à Londres. Et il ne pourrait pas mieux résumer mon état d’esprit actuel.

Folly_Muse_-_Lauren_Baker-_Everything_is_going_to_be_fucking_amazing_small_file_size_Fotor

Très honnêtement, d’un côté, je ne sais pas si je célèbrerai mes 5 ans à Londres. Au fond, j’ai la sensation d’avoir vécu ce que j’avais à vivre ici. Mais Londres m’apporte tellement de choses qu’aucune autre ville ne pourra m’apporter… Voyons voir ce que cette 4ième a à offrir. Rendez-vous dans 1 an!

PS: Si vous voulez voir cette vue, la photo du coucher du soleil a été prise à Greenwich il y a 2 semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like

La Londonienne

Casual, mais toujours stylée, la londonienne n’a pas peur d’associer des couleurs vives, matières osées et imprimés uniques.…