Mes ‘Happy Places’ londoniennes

Londres et moi, récemment, on a eu une phase difficile. Ça arrive de temps en temps. Surtout après 5 ans. C’est comme en amour, il faut entretenir la flamme, ou dans le cas présent, carrément la raviver. Il y a ces choses que je n’aime vraiment pas beaucoup à Londres, et que je ne peux plus ignorer. Mais il y a tout le reste qui fait que l’idée d’en partir ne dure jamais très longtemps. Et puis il y a aussi toutes ces « happy places » que j’ai découvertes au fil des années, que je continue de découvrir, qui font que je me sens chez moi à Londres et dans lesquelles je cours me réfugier dans les moments de doute ou simplement quand l’envie s’en fait ressentir.

Il s’agit d’un café local, une rue, un parc ou n’importe quel endroit dans lesquels j’aime me refugier, me retrouver avec moi-même, un bon bouquin, un café, les 2, ou mon ordi et mon blog sous le coude. Elles sont différentes mais ont toutes en commun de m’apporter ma dose de solitude et de paix. Ce sont mes petites bulles de bien être, mes « happy places », qui me rappellent tout de même pourquoi j’adore ma petite vie de londonienne.

Daunt Book, la librairie la plus chic et appaisante de Londres

S’il y a bien des endroits qui m’emportent et qui apaisent l’anxieuse que je suis, ce sont les librairies. Rien de plus reposant que d’être entouré de livres, d’histoires, de mots, de personnages et univers posés, là dans des pages. Il règne toujours un calme serein là où il y a des livres. Il y a plusieurs librairies que j’aime à Londres. FOYLES au bord de la southbank, où j’allais souvent étant étudiante, la librairie La Page à South Ken, libraire Française découverte très récemment, le bonheur des Francophiles, et Daunt Book à Marylebone. Le lieu est sublime, spacieux, chic et très agréable. Je n’y vais pas aussi souvent que j’aimerais, mais si vous aimez aussi lire, c’est un immanquable à Londres. Impossible d’être triste ou malheureux dans un endroit pareil.

daunt-books-marylebone-04

Milk Juin 17

Milk, mon brunch local préféré

Découvert dès les premiers mois, ce joli petit brunch australien situé à Balham et désormais également à Tooting reste mon brunch préféré, même si en soit, il existe de nombreuses adresses aussi bonnes à Londres.

Il n’y a pas une seule fois où j’ai été déçue du lieu. Cosy, cool, joli, relax et avec un menu excellent. Il me rappelle les débuts, les premières bonnes adresses à Londres et la découverte des super brunch dans des cafés australiens et néo zélandais le weekend.

C’est un peu un de ces endroits qui a conservé la magie des débuts et dans lequel j’adore retourner, parfois simplement pour un café, seule ou accompagnée.

Les footings matinaux au parc

Les footings matinaux, il n’y a rien de plus magique. C’est un peu comme si la lumière dorée du matin nous envoyait ses ondes positives pour le reste de la journée. Impossible de passer une mauvaise journée après un démarrage pareil.

Si quelqu’un m’avait dit il y a 2 ans que je mettrais le sport, et d’autant plus aussi tôt, dans une liste de « Happy Places », j’aurais été étonnée, voire choquée, mais heureuse de le savoir. Le sport rend heureux, ce n’est pas à prouver, et la sensation d’un footing matinal est inégalable à aucune autre. Je pourrais aussi ajouter ma salle de sport dans cette liste mais nettement moins photogénique qu’un lever du soleil de fin Août qui regorge de lumière!

Pimlico

C’est probablement assez inattendu comme quartier dans une liste pareille, mais Pimlico, fut mon tout premier quartier pendant mes 4 premiers mois de vie à Londres. 4 mois sur plus de 5 ans ce n’est pas grand chose, et pourtant j’y ai gardé des liens très forts, en plus des souvenirs marquants. Aussi, j’ai la chance de pouvoir retourner dans mon tout premier appart où vie encore une de mes meilleures amies, un endroit dans lequel je me sens toujours comme à la maison.

Les rues y sont aussi très jolies, idéal pour démarrer une balade de Pimlico à Chelsea par exemple.

Clifton Nurseries à gauche, Dalston Eastern Curve Gardens à droite. 2 univers bien différents et pourtant dans 2 quartiers que tout oppose, entre l’ouest chic et calme et l’est plus rebelle et branché. Ces endroits ont pourtant en commun un décor bucolique, chacun à leur manière, jardinerie et café chic sous une verrière qui regorge de lumière pour le premier, et jardin communal aux touches hippies et espaces zen pour le second. Le genre d’endroits dans lequel le temps se suspend un peu et où on aime flâner des heures

La Southbank

La southbank… comment ne pas la citer. Parfois je me demande ce que j’attends pour en parler sur le blog mais le sujet est tellement vaste que je sais par où commencer. J’y ai milles et uns souvenirs. Déjà, on y passait beaucoup de temps à l’époque étudiante. On se payait le luxe de vivre à 15 minutes à pied de l’un des lieux les plus magiques de Londres et au moins, on savait en profiter. Pendant 3 ans, j’ai aussi travaillé juste à l’autre bout du Waterloo Bridge, alors quand il faisait beau, parfois je partais 20 minutes plus tôt pour me prendre un café et y flâner avant d’arriver (en retard, du coup), au boulot. Prendre un café devant Big Ben et London Eye, la petite joie parfaite. Depuis, j’y vais moins souvent, mais c’est un peu comme un endroit très familier dans lequel je me sens toujours bien et près duquel je ne rate jamais une occasion de me retrouver.

Les cafés

De façon générale, j’aime bien me réfugier dans un joli coffee shop cosy avec un bon bouquin ou mon ordi et y passer le temps qu’il faut. Pimlico Fresh, c’est un de mes cafés préférés pour les raisons du dessus mais aussi pour son ambiance chaleureuse et ses plats simples et excellents. On ne peut pas ne pas s’y sentir bien.

Dans le même esprit, j’aime beaucoup Coffee works project sur Camden passage à Angel, idéalement situé avant une balade le long du canal ou la sublime véranda gorgée de lumière de Clifton Nurseries. Il faut un peu oublier le côté bobo chic du quartier mais le lieu est vraiment agréable, au milieu de la jardinerie et tout près de Little Venice.

Going Home 1

Et le dernier endroit et certainement le plus intense de tous, se trouve un peu à mi-chemin entre Londres et la France, dans le ciel, quand n’importe quel avion se lance et démarre sa route vers Toulouse. Le bonheur de rentrer chez soi est inégalable et assez inexplicable. Tout s’arrête, le temps se fige quelques secondes et entre le bruit intense des moteurs de l’avion, l’espace digital qui n’a plus d’emprise sur nos vies, une sorte d’adrénaline mélangée a une sensation de joie s’installent, avant de retrouver le cours normal des choses.

Mais cela, on ne peut le ressentir qu’en ne vivant pas chez soi justement…

Elodie

Elodie, happy "French londonienne" for almost 4 years. I share my London discoveries, expat life thoughts and reflexions on beeing a 30 year old. “Les petites joies de la vie londonienne” means “The little joys of London” so let’s make sure we make the most of this incredible city.

Laissez un commentaire