Une nuit sur l’île de Burano

Fin Avril, je suis partie à Venise quelques jours. Je n’en avais pas encore parlé sur le blog parce que je ne savais pas par où commencer. J’ai des centaines de photos plus belles les unes que les autres, des souvenirs plein la tête, des couleurs vives qui resurgissent parfois, et aussi un avis assez mitigé sur Venise et le tourisme intense qu’elle subit.

J’ai trouvé le séjour magnifique et très marquant à plusieurs niveaux. Le décor est incroyable, la ville d’une beauté magique, et les Italiens gentils mais au caractère bien trempé. Mais ce qui m’a vraiment vraiment marqué, c’était de passer une nuit sur l’île de Burano, l’île  aux milles et unes couleurs, à 45 minutes en Vaporeto de Venise.

L’île de Burano, vous la connaissez forcément si vous êtes férus de voyages ET si vous êtes sur instagram. Impossible de rater ces photos aux couleurs si vives qui ont rendu l’île si célèbre ces dernières années. D’ailleurs, quand nous arrivons, en fin de matinée, impossible aussi de ne pas remarquer l’affluence de touristes (nous y compris!), et de blogueuses oui posent devant les façades ou au bord des canaux. Impossible non plus de ne pas être émerveillée par la beauté de ce décor assez incroyable et féérique et ce bombardement de couleurs, de reflets dans l’eau des canaux et petits moments de vie très pittoresque. Presque irréel.

Située au nord de la lagune, l’île est connue pour ses couleurs, qui permettaient aux pêcheurs de retrouver leur chemin dans la brume, (bien que je ne sois pas très sûre à quel point cette explication soit officielle) mais aussi pour sa dentelle, l’autre activité traditionnelle. Vous trouverez quelques boutiques mais rien de très commercial.

En fait, en soit, l’île de Burano est plutôt tranquille. Les touristes s’en sont vraiment emparés depuis 2 ans, et donc depuis l’utilisation intensive d’Instagram et des réseaux sociaux. Est-ce génial de pouvoir découvrir des endroits pareils via ce biais ou terrible de les polluer autant? Je n’ai pas vraiment trouvé de réponse. Un peu les 2.

Arrivée sur l’île

A l’approche de l’ile en bateau, on remarque tout de suite qu’on arrive, les couleurs se distinguent de loin.

La première impression est partagée entre émerveillement et agacement. Trop de monde, plus de place pour profiter de l’authenticité. J’avais prévu de passer une nuit sur l’île de Burano, alors après un premier petit tour pour profiter du beau soleil en début d’après-midi, nous partons pour Murano, l’autre île à visiter depuis Venise, célèbre pour son verre. Très jolie aussi, et à laquelle la foule de touristes va mieux, d’une part car on s’y attend un peu plus, et d’autre part car elle est par définition touristique. Je reviendrai surement dessus plus tard. J’avais lu des avis assez mitigés comparés à Venise et Burano, mais personnellement, je l’ai trouvé vraiment agréable avec une vraie touche d’authenticité.

Vers 16h, nous revenons donc sur l’île de Burano, en espérant qu’il y ait un peu moins de monde.

En effet, déjà , nous croisons beaucoup de promeneurs qui attendent l’arrivée du bateau pour rentrer sur Venise, nous ne sommes que très peu à  descendre à cette heure ci. C’est un bon début.

Casa Burano

En préparant le séjour à Venise, j’avais regardé les options pour passer une nuit sur l’île de Burano. Je m’étais dis que ça devait être assez exceptionnel de se réveiller dans un tel décor. Et ça l’était. Alors j’ai tout simplement regardé sur Expedia, et évidemment, le choix était maigre, mais qualitatif. Immédiatement, j’ai repéré Casa Burano. Une sorte de concept de maisons / hôtel. Des petites maisons à 2 étages dispatchées dans l’île avec des chambres plus ou moins spacieuses et avec salles de bain privées, dignes de n’importe quel hôtel haut de gamme, et une cuisine partagées avec les autres résidents.

En revenant sur l’île, le personnel de Casa Burano nous accueille à la sortie du bâteau et nous guide vers notre petite maisonnette verte au bord du canal, la maison exacte que j’avais prise en photo en venant plus tôt et choisi comme photo pour instagram. Je ne sais pas pourquoi j’ai choisi celle là, alors que j’en avais surement de plus belles et colorées, mais j’étais heureuse de savoir que c’était la maison dans laquelle nous allions loger.

L’expérience promettait donc d’être aussi agréable que prévu.

Je précise que je n’ai pas du tout été invitée, je les ai trouvé par hasard et aimais beaucoup l’idée de fuir Venise et passer une nuit hors du commun sur une île hors du commun.

Voilà à quoi ressemblait ce petit nid:

L’île de Burano: l’île aux milles et unes couleurs

Nous voilà donc de retour sur l’île qui s’est bien désemplit de ses visiteurs. On en profite pour flâner, se perdre dans les rues et s’imprégner surtout de toutes ces couleurs. Je réalise que voyager a beau être à la mode et désormais bien plus accessible et un loisir pour beaucoup, c’est quand même un peu exceptionnel de se retrouver dans un endroit pareil. Evidemment, je n’ai jamais vu ça. Les balades dans les rues colorées de Londres ou vers Notting Hill ont beau être très jolies, rien n’égale l’île de Burano.

D’ailleurs je me suis amusée à demander à Google quel était l’endroit le plus coloré au monde, et devinez ce qui ressort systématiquement dans les listes…

La preuve en images:

Coucher du soleil sur Burano

Nous sommes mi Avril, alors une fois passée la découverte de l’hôtel, et les balades au hasard des rues, la lumière commence vite à changer pour se transformer en cette chaude ambiance de fin de journée.

Les couleurs se chargent de lumière chaude, les températures s’adoucissent, l’atmosphère s’apaise, les rues se vident, les habitants sortent profiter du spectacle, et l’île se transforme lentement mais surement pour redevenir elle-même: Une splendide petite île de pêcheurs sans histoire, avec ses habitants et leurs petites routines.

Et alors que nous ne sommes plus que quelques touristes, je me sens presque intimidée de rester, et tellement honorée de pouvoir découvrir et vivre ces instants.

Je crois que les photos parlent d’elles-même. En revanche, pas simple de décrire la magie des moments qui vont suivre.

Les couleurs chaudes laissent place au crépuscule qui s’installe tout doucement et la petite île paradisiaque devient sombre et tellement paisible.

Seuls les quelques lampadaires nous éclairent. On entend le bruit de l’eau d’une fontaine. Un rare passant de temps en temps. Et le calme et la plénitude de ce moment si parfait.

Etonnamment, une fois la nuit tombée, les habitants sortent de leur tanière et les rues deviennent un peu animées. On entend les gens rigoler, discuter et l’ambiance des soirées d’été dans le sud qui s’installe. Nous on rentre dans notre joli cocon, surtout que je veux me lever le plus tôt possible pour ne pas perdre une miette de l’île et la découvrir avec la lumière du matin.

Réservez vos excursions

Que vous ayez envie d’y passer une nuit ou pas, ne ratez surtout pas la visite de l’ile. Vous avez aussi la possibilité de réserver vos excursions à l’avance avec un stop sur les 2 iles de Murano et Burano.

Réveil tout doux dans un paradis de couleurs

Le matin, la première chose que j’a hâte de faire, c’est forcément d’ouvrir les volets sur notre jolie vue.

J’hallucine un peu de me réveiller dans un tel décor. Il est environ 7h, l’île est encore toute calme et baigne dans la lumière fraîche du matin.

Le soleil n’était pas très brillant ce matin là, alors les couleurs ne sont pas aussi vives que d’habitudes, mais l’ambiance sacrée du matin que j’aime temps (surtout depuis que j’ai lu le Miracle Morning et que je me suis mise aux routines matinales) est assez magique.

Pendant ce temps, le petit déjeuner est servi dans notre petite maison. Un panier de produits frais, fruits et viennoiseries. On croise les autres habitants, et il est déjà temps de se préparer à quitter ce petit coin de paradis.

Pour rejoindre l’aéroport depuis Burano, il faut repasser par Murano, et donc compter bien 1h30.

Une nuit à Burano c’est court, mais c’est suffisant pour en prendre plein la vue.

J’ai vécu les plus beaux voyages jamais faits ces derniers mois. L’incroyable randonnée de Trolltunga en Norvège, absolument magique et régénérant, une semaine au Vietnam, dépaysant et assez chamboulant, et celui-ci, passer une nuit sur l’ile de Burano, magique et unique.

Conseils pratique pour visiter l’île de Burano

Que voir sur l’île de Burano ?

En soit, il n’y a pas de dizaines de choses à faire sur l’île de Burano. L’ile est simplement splendide à chaque coin de rue et offre une coupure incroyable durant un séjour à Venise. Perdez vous dans les rues, prenez un café ou déjeunez dans un des restaurants au bord du canal et savourez l’instant présent dans ce petit coin de paradis.

Comment se rendre sur l’île de Burano ?

Pour se rendre sur l’île, vous pouvez vous y rendre directement en vaporetto 12 depuis le stop F.te Nove au nord de Venise, ou faire un stop à Murano et prendre un vaporetto de Murano à Burano.

Comment se rendre à l’aéroport depuis l’île de Burano ?

Il n’y a pas de Vaporetto direct depuis l’île de Burano à l’aéroport de Venise. Le plus rapide est de prendre un Vaporetto jusqu’à Murano, changer de quai et prendre un autre Vaporetto direct à l’aéroport. Comptez 1h40.

Vous pouvez aussi repasser par Venise en prenant le Vaporetto B (Qui passe par Murano de toutes façons…) et compter quasi 2h.

Plus de Voyages?

Retrouvez aussi tous mes voyages en France, en Europe et dans le monde du Vietnam en Norvege en passant par les petits villages du Sud Ouest de la France ou par Los Angeles ainsi que tous mes conseils et bons plans.

Elodie

Elodie, happy "French londonienne" for almost 4 years. I share my London discoveries, expat life thoughts and reflexions on beeing a 30 year old. “Les petites joies de la vie londonienne” means “The little joys of London” so let’s make sure we make the most of this incredible city.

Laissez un commentaire