Brexit o’clock – Mes petites joies anglaises

Je n’avais pas prévu d’écrire quoi que ce soit sur le Brexit aujourd’hui. Pour être tout à fait honnête même, je suis rentrée de 5 jours isolés de toute pollution mentale et digitale dans mon cher sud ouest et je n’ai réalisé que ce matin à la lecture du Métro, le journal gratuit distribué dans le Tube, notre métro londonien que c’était aujourd’hui. Non seulement je suis un peu déphasée, mais surtout, j’ai un peu fait l’autruche sur le sujet ces derniers temps. Comme quand quelque chose me tracasse ou ne me plaît pas mais qu’il va falloir l’affronter de toutes façons. Et puis j’ai vu cette photo postée par la talentueuse LiliBé ce matin:

578menfousjereste-548x440

Son humour ne cessera jamais de m’étonner et de me plaire surtout. Elle a une facilité déconcertante à exprimer en un seul dessin ce qui me prend des centaines de mots, de lignes, de ratures et réécritures, et le tout, avec une pointe d’humour un peu rebelle bien Frenchy.

M’en fou, je reste. C’est tout à fait ça. Evidemment qu’on reste d’ailleurs!

J’ai aussi adoré ce dessin qui change du mélodrame et autre plaintes et pleurs qui dégoulinent sur les réseaux sociaux. Comme d’habitude d’ailleurs. Ok le Brexit c’est aujourd’hui. Alors quoi? La vie continue.

Après le choc du 23 juin 2016, on a tous un peu fait la gueule en bon Français que nous sommes. Tous les Européens de Londres et d’ailleurs bien sûr, mais je ne parle pas au nom d’autres cultures, car les pro de la « ralerie », c’est quand même bien nous, et moi la première hein. Je vous rassure, je ne suis pas en mode « petites joies » toute la journée. J’ai essayé de l’être ce jour là en listant toutes les petites raisons qui font que j’adore Londres au quotidien, mais depuis je me posée beaucoup de questions quant à mon avenir ici. Tant d’un point de vue concret (Mon boulot, mon appart, ma vie et mes habitudes) que sentimental disons (Mon appartenance potentielle à Londres mais aussi l’Angleterre).

Et depuis je crois que j’ai trouvé un début de réponse. Tout peut changer bien sûr, mais je ne compte pas partir de si tôt, et je compte même demander la nationalité Britannique pour mes 5 ans de londonienne. Cela me laisse quelques mois de réflexion, car ce n’est pas quelque chose que je compte faire à la légère, mais après tout, même si je suis Française et fière de l’être, ce pays fera toujours partie de ma vie

Alors le jour du Brexit, je l’annonce un peu officiellement sur le blog, et je me suis aussi mise à réfléchir à tous ces trucs British (pas londonien mais bien Britannique) que j’adore et qui font désormais partie de mon quotidien…

— Je précise que je ne suis pas en train de faire l’apologie du Brexit ni de m’en réjouir, mais plutôt d’avancer malgré la situation — 

vivre en angleterre

Commençons par le commencement.

Déjà, je commence à sincèrement apprécier la « gastronomie Britannique ». Elle n’égalera jamais la nôtre, mais je trouve que l’Angleterre réserve bien des surprises de ce côté là.

Hors gastronomie et petits plats du quotidien, j’adore les Scotsh Eggs, les Sunday Roast le dimanche et même un bon Fish and Chips le vendredi.

Je commence à sérieusement être « fascinée » et presque attachée à la famille Royale (Surtout depuis que j’ai regardé « The Crown »..!)

J’adore le charme des petites villes anglaises et l’atmosphère si chic qu’il règne, comme si elles sortaient tout droit d’une pièce de Shakespeare, ambiance que j’ai ressenti en particulier dans des villes comme Bath, Canterbury, Cambridge ou Oxford, entre histoire, tradition et patrimoine parfaitement entretenu et préservé.

J’adore mes collègues anglais et travailler avec des anglais. Même si je me moque un peu des situations de travail en Angleterre sur le blog, je crois que c’est une des choses qui m’angoisse le plus à l’idée de rentrer travailler en France.

J’adore cette culture de célébration et de fête et je n’ai jamais autant célébré le moindre truc, dont mes anniversaires, depuis que je vis à Londres.

L’histoire du pays, les colonisations, l’Empire Britannique et l’histoire maritime sont complètement fascinantes.

J’adore l’accent Britannique (et encore plus depuis ma semaine à Los Angeles.. )

Et puis tout simplement, j’adore la richesse culturelle et intellectuelle que me procure cette vie d’expat. Pas toujours facile à expliquer autour de moi, surtout quand on vient d’une aussi jolie et chaleureuse région que la mienne, mais l’Angleterre restera toujours mon pays d’accueil où j’ai construit ma vie de trentaine épanouie et qui m’a surtout permis de rendre des envies et rêves un peu flous en réalité concrète.

Merci à ma chérie Anissa pour ces petits conversations qui déclenchent très souvent des discussions et de chouettes inspirations ;)

Elodie

Elodie, happy "French londonienne" for almost 4 years. I share my London discoveries, expat life thoughts and reflexions on beeing a 30 year old. “Les petites joies de la vie londonienne” means “The little joys of London” so let’s make sure we make the most of this incredible city.

Commentaires (4)

  • Avatar

    Michèle

    Je ne me serais jamais autorisée à te le suggérer avant que tu en parles, mais dans mon fort intérieur, je me disais que dans ta situation, intégrée et aimant ce pays comme tu l’aimes, ça me paraissait la solution idéale de demander la nationalité anglaise….:-)

    Répondre

    • Avatar

      Elodie

      haha c’est gentil! La vie parait toujours idéalisée sur un blog, mais en effet je crois que c’est la solution la plus logique!

      Répondre

  • Avatar

    Lucie

    Je suis un peu dans le même état d’esprit que toi en ce moment: j’ai bien la vie ici, la cuisine, l’ambiance sympa qu’on a au boulot. J’ai quitté Londres il y a 6 mois pour Ipswich, ville qui a voté en majorité pour le Brexit et sur le coup, je me suis demandé si je n’avais pas fait une erreur …et non. C’est toujours aussi sympa qu’à Londres mais avec le stress du transports et du coût de la vie en moins. Je ne prévois pas de partir et j’essaie de ne pas passer trop de temps à lire sur le sujet sinon ça devient angoissant.
    Pour la nationalité, il faut être en mesure de fournir une preuve de résidence permanente (donc la carte de PR) donc avant de pouvoir demander la nationalité, il faut obtenir cette carte et donc envoyer au Home Office les preuves qu’on est dans le pays légalement et qu’on paie des impôts depuis au moins 5 ans. Je suis actuellement en train de rassembler ces papiers, ça en fait du papier ! Et pour obtenir cette carte il faut notamment fournir la liste des séjours à l’étranger ! Enfin, c’est de la paperasse en plus mais fair enough, autant régler ça maintenant si on compte rester :)

    Répondre

    • Avatar

      Elodie

      Oui! Moi j’attends quand même d’arriver aux 5 ans, quelques mois de plus pour préparer et réfléchir un peu aussi ;) x

      Répondre

Laissez un commentaire