Ma formation de professeur de yoga

Il y a un peu moins de 3 mois, j’ai démarré une formation de professeur de yoga. Ça fait 1 an que j’y pense et que l’idée m’obsède. Dès que j’ai découvert ce type de formation, c’est devenu comme une évidence. 

En fait, j’ai eu envie de me pousser à un changement radical, et de faire quelque chose de différent, à l’opposé de ma vie corporate dans l’univers du marketing, du digital, de la mode et de la beauté, qui commencent à devenir un peu superficiels et s’éloignent des valeurs et style de vie auquel j’aspire. Le yoga est apparu comme un formidable moyen de contrer tout cela et d’apporter un changement dans ma vie et dans celle des autres aussi. 

Se lancer dans une formation de professeur de Yoga: Les premières questions et appréhensions

Evidemment, se lancer a généré milles et unes questions. Entre autre:

Quelle formation? Ai je le niveau? Quel est le budget total? Est ce que je le fais vers chez moi ou à l’étranger? Est ce que l’Inde est le meilleur Pays? Est ce que je dois partager ma chambre avec quelqu’un?

La bonne nouvelle, c’est que je me suis rendue compte que TOUT LE MONDE se pose exactement les mêmes.

Si vous lisez cet article car vous vous les posez  aussi, je vais y répondre au fur et à mesure.

Quelle formation pour devenir professeur de yoga?

Il existe des tonnes de formations aux quatre coins du monde pour devenir professeur de yoga. En soit, l’univers du yoga est assez peu règlementé. Pour cadrer la montée en puissance de l’intérêt de cette pratique, les formations de 200h d’enseignement ont vu le jour. Elles permettent de couvrir toutes les notions physiques, mentales et philosophiques pour former des enseignants qui ont une compréhension globale de la pratique. Mais en soit, c’est surtout un format. Ce qui fera de vous un vrai et bon professeur, c’est la pratique et l’expérience qui suivra.

Ces formations sont globalement réparties sous 2 formats: Le format intensif de 4 semaines, souvent à l’étranger (dont énormément en Inde, Bali, Thaïlande). Ou le format réparti en plusieurs week-ends tout au long de l’année.

J’ai choisi ma formation principalement car elle permettait de faire un peu les 2: 2 semaines à l’étrange et 2 week-ends sur Londres.

Quel que soit le format, il faut savoir qu’une formation de professeur de yoga, c’est intense. Il faut vraiment être passionné et savoir pourquoi on se lance (pas forcément pour devenir professeur, les raisons peuvent être multiples).

Ma formation avec Yogahaven

Déjà je précise que je n’ai pas du tout été invitée par le studio. Je vais partager mon expérience perso ici, comme pour garder un souvenir de mon teacher training tout en partageant mes conseils, comme j’ai adoré le lire sur divers sites et blogs pendant mes nombreuses semaines de recherches.

Avant de partir

Avant de me lancer, j’avais passé des mois à tout lire et tout dévorer sur le web et je discutais avec tous les profs de yoga après chaque cours. A l’automne dernier, j’hésitais entre 2 formations à Bali avant que la vie corporate ne me rattrape et me fasse changer mes plans (ironique, alors que j’essayais justement de la changer… ). Finalement, très rapidement, j’ai rencontré quelqu’un qui m’a parlé de cette formation. Outre le format, je trouvais ça pas mal de le faire avec un studio londonien, ce qui m’a permis de rencontrer certains professeurs avant de me lancer et de me faire un réseau sur Londres. Pour toutes ces dernières raisons ne je regrette pas du tout mon choix.

Durant mes recherches, je n’ai lu que des retours plus extraordinaires les uns que les autres. Tout le monde semblait avoir vécu l’expérience de leur vie, recommandait leur formation les yeux fermés et expliquait à quel point cela les avait changé. J’étais fascinée, intriguée et un peu apeurée aussi.

LA meilleure chose, c’est un peu difficile à définir, mais ce qui est sûr, c’est que cette formation m’a un peu changé et j’aborde la vie avec beaucoup plus de calme et philosophie désormais.

Départ

Formation-Prof-de-yoga-London

Le 4 mai 2019, me voilà donc à Stansted, prête à m’envoler pour Athènes avant d’aller jusqu’à Epidaure, le lieu de notre formation. Le Jour J, j’étais plutôt calme et prête à me lancer dans l’aventure. J’y suis allée avec une ouverture d’esprit totale et une envie de me laisser porter et d’apprendre le plus possible de cette expérience unique, sans aucun jugement de moi-même ou des autres.

Au programme des 2 semaines à venir donc:

Une formation intensive de yoga, beaucoup de nouvelles connaissances, une vie en communauté avec un groupe de 15 nouvelles personnes, un nouveau pays, un nouveau logement, et une alimentation 100% vegan, le tout loin de tout et tout le monde.

Beaucoup de “nouveau” donc. De quoi remuer les sens et l’esprit et me challenger un peu. Exactement ce que je recherchais.

Arrivée à Epidaure et premières découvertes

Une fois la formation trouvée, j’ai mis environ 2 mois à m’inscrire. Je me posais beaucoup de questions en particulier sur le niveau de yoga requis et le fait de partager sa chambre avec quelqu’un (qui était obligatoire), ce qui semblaient être les 2 craintes principales de la plupart des gens.

Le niveau de yoga

Au yoga, la notion de « niveau » est difficile à définir. Le Yoga c’est une philosophie de vie. Une formation de professeur de Yoga couvre tous les sujets essentiels à la compréhension du yoga dans son ensemble: L’histoire, le « Corps Subtil » (Tout ce qui est au delà de notre corps « physique » – Le sujet le plus vaste), la respiration, la méditation et bien évidemment, les postures physique (ce que l’on fait en cours). Certaines formations acceptent des niveaux plutôt débutants mais ce qui est sûr, c’est qu’il faut être vraiment passionné et intéressé autant par la pratique physique que mentale et spirituelle.

Il est généralement conseillé de pratiquer le yoga depuis au moins 2 ans de façon régulière, et je pense que c’est un minimum pour vraiment tout intégrer au mieux et en retirer le plus possible, car ce ne sont vraiment pas des vacances. Vous allez vivre, manger, rêver, parler, pratiquer yoga non stop, souvent dès 6h30 du matin. Alors autant être sur de soi avant de se lancer. Si cela ne vous effraie pas, alors vous êtes surement prêt(e)! :)

Partager sa chambre

Toutes les formations offrent cette option mais ce n’est pas obligatoire partout. Si j’avais eu le choix, je ne l’aurais probablement pas fait, mais finalement, je suis contente de ne pas avoir eu le choix! D’une part, les journées commencent tôt et sont tellement chargées qu’on passe assez peu de temps dans sa chambre. D’autre part, c’est vraiment sympa de créer des liens spéciaux dans ce contexte si spécial avec d’autres personnes. Avant de m’inscrire, un de nos profs m’avait dit qu’il n’y a jamais eu aucun problème car nous sommes tous et toutes là pour la même raison. Ça ne veut pas dire que toutes les chambres ont créé des liens d’amitiés forts, mais effectivement, il y n’a pas eu un seul drame ou tension. Et la plupart des gens (moi inclus) ont gardé des liens sacrés avec leurs colocs.

L’Hotel Mike à Epidaure, notre petit coin de paradis pour 2 semaines.

En arrivant, je découvre donc, les gens, le lieu, ma chambre, et notre « yoga shala » où les cours seront tenus tous les jours.

Ce n’est pas pour rien que cette formation se tient à Epidaure. Le lieu est chargé en histoire. C’est la que se tient le temple d’Epidaure et le sanctuaire d’Asclépios, Dieu de la médecine dans la Grèce ancienne. Durant l’antiquité, les gens voyageant de l’autre bout du pays pour se faire soigner par les médecins les plus réputés. L’énergie du lieu et son pouvoir de guérison se prêtent donc parfaitement à une formation de professeur de yoga.

Quant à notre hôtel, il se situe près du port, et près du centre de cette petite ville charmante et très typique, et surtout, juste au bord de la mer, ce qui donnera lieu à des levers du soleil incroyables tous les jours, comme en voici un ci-dessous.

La formation: Emploi du temps et apprentissage

Toutes les formations de 200 heures pivotent autour des mêmes thèmes, cités plus haut:

Les asanas (postures physiques – qui représente le sujet le plus important de la formation et principalement ce que l’on fait pendant un cours de “yoga”), le pranayama (les techniques de respirations), la méditation, l’histoire du yoga (Forcément, il y a beaucoup à raconter et apprendre vu la durée d’existence de la pratique), le corps subtil (Au delà du corps physique donc les chakras par exemple), l’anatomie et d’autres sujets en relation avec le yoga, comme l’Ayurveda par exemple. (Un de mes sujets préférés.)

Les emplois du temps varient selon les formations mais les formations intensives en immersion semblent avoir comme point commun de démarrer très tôt (Entre 6h et 7h30 pour la plupart) et d’être chargées toute la journée.

Une journée typique lors de ma formation:

6h30: Lever. Méditation au bord de la mer, ou petit footing avec mon petit groupe de running

7h30: Premier cours de yoga de la journée. Une séquence d’1h30 que nous avons apprise par coeur pour pouvoir l’enseigner.

9h30: Petit dej (Vegan)

10h30: Premier cours de la journée: Histoire, techniques de méditations, philosophie…

11h30: Petit break de 15 mninutes

11h45: Détails des postures

12h30: Pause dej (Vegan)

13h30: Reprise des cours. Souvent cours de yoga Nidra (La sieste yogique).

14h00: Techniques d’ajustements

15h00: Enseignements en petits groupes

16h30: Cours du soir d’1h30 par des profs variés et différents styles de yoga

18h00: Fin des cours

18h45: Dîner (Vegan)

Les réveils au lever du soleil n’ont jamais été aussi faciles et je n’ai jamais eu autant d’énergie. Forcément, sans avoir à cuisiner ou prendre les transports, et dans un lieu si paisible et sublime, la vie est plus douce.

En plus des 3 heures de yoga par jour, nous avons même formé un petit groupe de running avec quelques yoginis motivées. L’avant dernier jour, nous avions guetté que le ciel serait clair et que le soleil se levait peu après 6h. Nous nous sommes levées à 5h45 pour arriver à temps et voir le soleil sortir de la mer. Un spectacle absolument parfait.

Les journées étaient rythmées par les cours, tous variés et intéressants. Au bout de 2/3 jours, j’ai commencé à me surprendre sur certains sujets, et au bout d’une petite semaine, à me sentir parfaitement dans mon élément. Je me rappelle avoir ressenti un tel bien-être et une telle sensation d’apaisement. J’étais exactement là où je devais être à ce moment là, loin des tracas londoniens, de cette routine assommante, de la grisaille, des histoires des uns et des autres. J’en ai profité pour éviter de trop utiliser mon téléphone, et ne communiquais essentiellement qu’avec 3 personnes. (Dont ma maman avec qui j’ai partagé le plus possible, et ma meilleure amie. La base.)

Après 10 jours, en revanche, la pression est montée. Mon cerveau était plein de nouvelles informations, et alors que certaines personnes étaient déjà plus ou moins habituées à enseigner en public ou à évoluer dans le monde du bien-être, la quantité de nouveautés pour ma part devenait un peu pesante. Une mauvaise nuit (la seule) et la journée qui a suivi a été passé en larme pour la moindre contrariété. Le lendemain, c’était la moitié du groupe qui était dans cet état. La formation est intense, et le yoga remue inévitablement beaucoup d’émotions et d’énergies dans notre corps et notre mental. Ça fait partie de l’expérience. Le jour de repos approchait et était le bienvenue.

A la fin des 2 semaines, nous étions tous plus soudés et à l’aise les uns avec les autres, plus confiants en notre capacité d’enseignement aussi, et parfaitement à notre place dans notre petite ville Grèque le temps de ce petit « break de vie ». En revanche, nous étions aussi tous fatigués, courbaturés et on commençait à admettre qu’il allait être temps de rentrer à Londres retrouver notre routine et penser à autre chose que yoga / méditation / respiration /chakras / postures / histoire etc…

Dernier exercice avant le départ

Le soir de notre avant dernier cours, on nous a annoncé le sujet du dernier exercice: Un mini « Vipassana ». Certains en auront surement déjà entendu parler. Il s’agit de retraites silencieuses qui peuvent durer de 1 à 2 semaines. L’objectif est de se concentrer sur soi-même en évitant toutes nuisances sonores ou visuelles, et de méditer. C’est un exercice évidemment très difficile quand il dure aussi longtemps. La notre allait durer seulement 10 heures. De 22h à 10h du matin. Ce qui impliquait de passer le cours du matin ainsi que le petit déjeuner en silence.

Rien que d’y repenser et de le mettre à plat, j’ai un peu la chair de poule. Pour moi, (et je sais que je suis une des rares), cette expérience a été marquante, magique et incroyablement apaisante. Alors que je trouvais que la formation manquait un peu de spiritualité, elle ne pouvait pas mieux se terminer. Après 2 semaines de formation de professeur de yoga, forcément, notre mental était déjà plutôt reposé et orienté vers les « bonnes choses » et assez peu perturbé par diverses distractions ou nuisances venues de Londres, la ville de la réalité. Les terminer de façon silencieuse sans portable / livre / ou aucune autre forme de communication était assez unique. Vers la fin des 10h, c’est un peu comme si mon cerveau s’était ouvert en 2, avec au milieu un grand espace de vide infini, calme et serein. Tout paraissait apaisé.

Nous avons terminé cette expérience sur des chants yogiques (une autre partie importante de la formation), et aussi bizarre que cela puisse paraître, c’était tout simplement incroyable et magique. La plus belle façon de terminer ces 2 semaines en Grèce.

Crédit Photo: Nick Hopper et Jasmine Hemsley

Le 18 mai 2019, la partie formation intensive était terminée. Dans l’avion, j’avais des étoiles pleins la tête, beaucoup de joie de “l’avoir fait” et hâte de poursuivre le reste à Londres, qui impliquait de continuer à enseigner à notre entourage sur Londres, et tester différents styles de cours de Yoga.

Je suis retournée à un cours le mardi suivant, et j’ai immédiatement sentie beaucoup de force et de confiance dans ma pratique. Pendant 2 semaines, j’ai complètement réappris le yoga, l’utilisation des blocs, l’importance de laisser son ego de côté et de s’améliorer pas à pas, à son rythme.

Les semaines qui ont suivi, j’ai du rentrer en France précipitamment, et dans un contexte familial difficile, eu l’occasion de donner mon premier vrai cours de yoga à tous mes cousins. A peine rentrée de ma formation, le yoga m’a permis d’offrir et partager un moment d’apaisement à ceux qui me sont chers. Magique.

Formation-Prof-de-yoga-Athens

Reprise de la vie londonienne et fin de la formation

De retour sur Londres, les premières semaines étaient particulièrement zen. Je me sentais accomplie, calme et posée. J’ai entrepris plusieurs gros projets en même temps. J’avais les idées claires, une bonne énergie positive, et la sensation d’apporter un excellent tournant à ma vie.

Malheureusement, il n’a pas fallu très longtemps pour retomber dans la spirale du rythme londonien. Entre le boulot, les divers projets, les révisions et pratique du yoga à chaque instant de temps libre et les week-ends, au bout d’1 mois environ, le calme et la clairvoyance ont laissé place à la fatigue et au stress. Mais la différence cette fois, c’est que j’ai la sensation d’avoir vraiment compris le mode d’emploi pour gérer ces états et les résoudre.

Lors du dernier week-end de formation, nous avions tous hâte que cela se termine, de pouvoir reprendre le cours de nos routines et pratiquer à nouveau le yoga pour le plaisir – Même si ce ne sera plus jamais comme avant.

Officiellement professeur de yoga

Le 7 Juillet 2019, we all made it! Nous sommes tous devenus officiellement accrédités. Cela ne veut pas dire que nous sommes des experts du yoga, mais que nous avons terminé l’expérience de l’apprentissage. Le début de notre chemin en tant qu’enseignant ne fait que démarrer.

Pour ma part, je vais me lancer dans le monde du yoga le plus rapidement possible, et continuer à apprendre, renforcer certains sujets qui m’ont vraiment intéressés tout en continuant ma carrière pro qui est aussi un des piliers de mon épanouissement, tant que je suis en phase avec les valeurs de la boîte pour laquelle je travaille.

Ce que cette formation de professeur de yoga a changé dans ma vie

Quand je lisais tous ces blogs et sites qui décrivaient de retours d’expériences explosifs et transformatifs, j’étais subjuguée par tant de retours unanimes. Et j’avais envie d’y croire et de me lancer.

Je crois que ma formation était un peu plus « terre à terre », et nous a aussi fait prendre conscience des réalités du métier dans une société capitaliste. C’est à dire que gérer un studio, même s’il s’agit du yoga, c’est gérer un business et des gens. Il n’y a alors rien d’idéal ou de magique. Tout est question de faire de son mieux et trouver un équilibre.

En revanche, il y a beaucoup de choses qui m’ont fait écho et résonnent encore dans ma tête: Les 8 piliers du yoga pour atteindre la paix intérieure par exemple, qui sont en gros des règles et pratiques mentales et comportementales à suivre pour être en paix avec soit-même et les autres, et qui, retranscritent dans notre société sont juste du bon sens. Les chakras et la notion de points d’énergie dans notre corps qui est un sujet auquel je m’intéresse aussi beaucoup.

Je devenais moins ambitieuse et en tout cas surtout pas à n’importe quel prix, et cela n’a fait que se renforcer. Disons que je le suis toujours, mais  j’ai totalement redéfini ma notion du succès.

Je me sens beaucoup plus satisfaite de ce que j’ai et passe beaucoup moins de temps à me comparer aux autres.

J’ai mis en place certains aspects de base de l’Ayurveda dans mon quotidien: Eviter de dîner trop tard, privilégier les dej, cuisiner selon son profil Ayurvédique, etc… Vaste sujet que je ne fais qu’effleurer!

Et évidemment, je fais beaucoup de yoga (Retrouvez d’ailleurs ma liste de studios préférés pour faire du yoga à Londres) et j’intègre beaucoup plus la méditation et les exercices de respiration dans ma pratique. Du coup, j’ai des plus jolis bras, point bonus superficiel mais bien agréable!

Je prends les choses avec plus de recul et de compassion, en partie parce que je viens de me donner les moyens d’atteindre un objectif qui m’était cher et je suis donc certainement moins frustrée, comme on peut l’être dans nos quotidiens speeds, et parce que je sens que j’ai été nourrie aux bonnes ondes yogiques que j’essaye de conserver et grossir autant que possible.

En revanche, je me sens plus sensible et facilement affectée par certains sujets. Et j’ai du mal à me remettre à d’autres sports ou autres activités physiques que le yoga, que je trouve désormais un peu trop brutaux et qui manquent de sens à mes yeux. Mes footings matinaux se font moins fréquents et plus cours et ils me manquent un peu, mais je sais qu’ils vont revenir.

Voilà. L’expérience ne fait vraiment que commencer.  J’espère associer cette nouvelle compétence avec le blog, organiser quelque chose autour, l’utiliser pour créer un esprit de communauté, échanger. En attendant, des cours sont à venir à Londres. Affaire à suivre :)

Elodie

Elodie, happy "French londonienne" for almost 4 years. I share my London discoveries, expat life thoughts and reflexions on beeing a 30 year old. “Les petites joies de la vie londonienne” means “The little joys of London” so let’s make sure we make the most of this incredible city.

Commentaires (1)

  • Avatar

    Clothilde

    Hello Elodie, comme ca me parle ca fait un moment que je me pose la question de le faire donc trop contente de tomber sur ton blog!! Je me suis posée la question du yoga teacher training avec yogahaven aussi, j’avais fait quelques cours a Clapham. Je voulais savoir qu’est ce qui t’a fait choisir eux plutot qu’un autre? tu avais fait des cours la bas, rencontrer les profs etc? j’ai envie de vraiment trouver un training qui me ressemble, j’ai une pratique vinyasa assez intense et une prof hyper creative du coup je me pose pas mal de questions sur quel cours choisir!! en tous cas merci pour l’article ca m’aide beaucoup!

    Répondre

Laissez un commentaire