Au même moment, l’année dernière

Au même moment l’année dernière, je redémarrais l’année dans un boulot qui avait amené son lot de challenges et mauvaises surprises à la fin de l’année, et je redoutais la reprise. Je venais de passer Noël à Londres avec ma famille qui était venue pour l’occasion. J’en avais un peu marre de mon quartier, mais j’avais aussi passé quelques jours d’hibernation et de pur bonheur dans ma maison entre Noël et Nouvel an, à appuyer sur pause. Ma seule résolution était de « retrouver la magie londonienne » pour 2019. Et de changer de boulot aussi. Et de trouver le courage de me lancer dans cette formation de prof de yoga que j’avais repéré depuis plusieurs mois et qui se tenait en Mai en Grèce.

Pourquoi je raconte ça? Parce que je me suis rendue compte que souvent, on oubliait d’apprécier les petites victoires et chemin parcouru, et que c’était un bon moment de l’année pour faire preuve de gratitude et reconnaissance personnelle.

J’ai un ami un peu stressé, que j’ai connu au boulot, à peu près à ce moment, l’année dernière. Il lançait tout juste son agence créa. Beaucoup de travail et de fatigue plus tard, il l’a fait. Il a ses bureaux. Un employé. Une vraie petite structure qui grandit lentement mais surement. Quand au milieu d’une conversation je lui ai sorti: Well done! You remember this time, last year? Il était un peu surpris, et n’avait presque pas réalisé son chemin parcouru. Je me suis dis que c’était trop dommage qu’on passe à côté de ces petits moments d’appréciation. Pas de prétention, mais bien d’appréciation objective, personnelle et justifiée.

On finit souvent par faire la course au nombre de « succès » tels qu’on les définit dans notre vision capitaliste (= forcément liés à l’argent) ou selon ce que la société attend de nous. Soit on met toute l’importance sur les réussites « visibles », où celles qui sont seulement à la hauteur de nos objectifs trop ambitieux ou influencés par ce qu’on devrait faire, soit on ne prend même pas le temps d’apprécier les apprentissages, les leçons, les nouvelles sensations, les changements, et les succès, redéfinis dans le sens propre du terme: Avoir réussi à faire ce que l’on voulait. Avoir appris quelque chose. Se sentir un peu plus accompli… (Continuez la liste selon votre propre définition…)

Au même moment, cette année donc, je suis finalement toujours dans ma boîte, et contente d’avoir fait ce choix. J’ai canalisé les moments difficiles, inhérents dans la vie d’une start up, via le yoga, et aujourd’hui, la patience semble avoir porté ses fruits. Aujourd’hui je vis cette double vie Marketing la semaine / Prof de yoga les week-ends (Avec beaucoup de blog et de sport autour) que j’idéalisais tant à ce même moment l’année dernière. Je fais partie d’une équipe sportive que j’adore. Pleine de bonnes énergies, souriante et bienveillante. Et  Je suis retombée amoureuse de Londres, à coups de bonnes adresses, studios de yoga, un entourage toujours inspirant, des belles rencontres, cette atteinte d’objectif bien sûr, cette nouvelle double vie, et plus que jamais, je sais que ma vie est ici. A tel point que je me suis sentie assez « déculturée » pendant les fêtes. (Un sujet pour plus tard peut-être). Je me sens vraiment en phase avec là où j’en suis dans la vie. J’ai trouvé mon rythme de vie, celui qui me va bien et me fait me sentir en équilibre. Je me compare moins avec les autres. Comparé à ce même moment, l’année dernière, je me sens assez en paix en fait. C’est assez rare que je démarre une année sans ni ambitions vertigineuses et énergie (trop) débordante, ni à l’inverse, coup de mou ou sensation de ne jamais voir la fin de l’hiver.

En fait, en parlant à mon ami, je me suis dit qu’il fallait aussi que je me rappelle aussi tout cela à moi-même. Parce que je commençais à partir en « Je n’ai pas fait assez de / J’aurais du faire plus de… » Et que c’était pas mal comme premier « vrai article de blog » de l’année, surtout si ça pouvait donner envie à quelques lecteurs de faire le même exercice. Ce n’est pas tant lié à la vie londonienne et à la fois ça l’est complètement puisque Londres semble toujours être au coeur de tous ces petits bilans, en apportant les difficultés et challenges essentiels aux belles leçons et petites victoires.

Prendre ce recul et apprécier ses propres petites grandes victoires, ça permet de donner un petit coup de boost à notre estime personnelle, balayer certaines frustrations, et fixer de nouveaux objectifs en fonction des vrais résultats. Alors voici l’état d’esprit 2020.

Belle Année à tous, à Londres, ou ailleurs

Elodie

Expatriée à Londres depuis plus de 7 ans je profite et partage des "petites joies" que la vie londonienne et vie d'expat ont à offrir. La semaine, je travaille en Marketing Digital, certains soirs et week-end, je suis professeur de yoga, le reste du temps, j'alimente le blog avec toujours autant de plaisir. Ce blog est à l'image de ce rythme: Dynamique, yin et yang, féminin et Londonien.

Laissez un commentaire